À la recherche d’Expo 67

Expo 67 a représenté le coeur et l’aboutissement des célébrations du Centenaire du Canada, et ses répercussions sur la psyché montréalaise, québécoise et canadienne sont immenses. Bien qu’Expo 67 rayonne largement dans la mémoire collective, ce qui fait d’elle un moment exceptionnel — la liberté créatrice offerte aux artistes, architectes et designers d’expérimenter avec de nouvelles formes et des technologies de pointe, et l’incroyable diversité de la production culturelle — demeure relativement inconnu.

À la recherche d’Expo 67
Musée d’art contemporain de Montréal
Du 21 juin au 8 octobre 2017

À la recherche d’Expo 67 rassemble les oeuvres de dix-neuf artistes québécois et canadiens qui se sont inspirés des dimensions les plus novatrices, expérimentales et provocatrices de l’événement original ainsi que du contexte artistique, social et politique de l’époque. Se posant comme un dialogue avec l’esprit de 1967, ces oeuvres (seize ayant été commandées spécifiquement pour l’exposition) défient certains présupposés sous-jacents à Expo 67 tout en mettant en valeur son indéniable inventivité.

L’exposition a présenté aux artistes contemporains l’occasion de fouiller les archives et l’histoire de l’événement originel en vue de donner forme à des oeuvres inédites qui montrent comment Expo 67 trouve encore écho dans l’imaginaire d’aujourd’hui. Reflétant l’ampleur et l’ambition de certains des projets d’origine, ces réalisations offrent de nouvelles perspectives sur le legs d’Expo 67, en plus d’explorer les résonances entre ce qu’elle fut et ce qui en subsiste en 2017.

Les projets portent, entre autres, sur le pavillon du Canada (l’Arbre du peuple, le Centre d’arts des enfants et Katimavik), le pavillon du Québec, les pavillons de la France, des Indiens du Canada et celui des États-Unis d’Amérique, le Kaléidoscope ainsi que sur les riches experimentations sonores de 1967 et, enfin, sur l’histoire et l’état actuel du site.

L’exposition se déploie sur trois fronts : la création de nouvelles oeuvres ; la recréation d’oeuvres de 1967 avec les technologies d’aujourd’hui ; l’activation de contenus d’archives. Les oeuvres sont présentées dans autant de salles, tout comme au rez-de-chaussée et dans la sale Beverley Webster Rolph, au sous-sol.

À la recherche d’Expo 67 est née de la collaboration entre Lesley Johnstone, chef des expositions au MAC, et Monika Kin Gagnon, professeure à l’Université Concordia et codirectrice du groupe de recherche CINEMAexpo67.

L’exposition est organisée avec le soutien de CINEMAExpo67, de l’Université de Concordia, du Milieux Institute for Arts, Culture and Technology, de Hexagram, de la Cinémathèque québécoise, de la Place des Arts, des Archives de Montréal, de l’Office national du film du Canada, du Musée des beaux-arts du Canada, de Bibliothèque et Archives Canada, et du Conseil de recherches en sciences humaines. 

L’exposition s’inscrit dans la programmation officielle du 375eanniversaire de Montréal et d’Expo 67 – 50 ans plus tard.