Marie-Claire Blais et Pascal Grandmaison 

Photo: Musée d’art contemporain de Montréal, avec la permission de/ courtesy of Guy L’Heureux

Le Chemin de l’énigme, 2017

Projection vidéographique HD, 13 min, son

Dans cette projection vidéo, les artistes explorent les phénomènes d’apparition et d’effacement qui ont façonné le site d’Expo 67, se concentrant sur les énormes déplacements de matériaux à l’origine de sa construction et qui se poursuivent encore aujourd’hui. La géologie de l’île Sainte-Hélène a été radicalement transformée pour devenir le site réceptacle des visions futuristes d’Expo 67, forgée comme elle l’a été à partir du déblai excavé lors du creusement du métro et de l’autoroute Décarie, et aussi à partir des boues de dragage de la voie maritime du Saint-Laurent. « La transformation radicale de la forme de l’île Sainte-Hélène, la dissolution de sa configuration ancienne et sa vacuité actuelle nous sont apparues comme étant révélatrices des idéaux véhiculés lors d’Expo 67. Ses voies contradictoires font toujours écho à notre perception du progrès. Nous y avons plongé notre regard. » (M.C. Blais and P. Grandmaison)

Sur les artistes

Marie-Claire Blais, née à Lévis (Québec), en 1974, vit et travaille à Montréal. Elle a étudié l’architecture à l’Université de Montréal avant de se consacrer à temps plein à sa pratique d’artiste visuelle. Son travail explore, d’un médium à l’autre, diverses expériences de mouvements dans l’espace et s’intéresse aux perceptions qui émanent de ces rencontres dans la mémoire. Son travail a été présenté dans des expositions au Québec et en Ontario, notamment au Musée d’art contemporain de Montréal, à la galerie René Blouin à Montréal, et à Diaz Contemporary à Toronto.

Pascal Grandmaison, né en 1975, vit et travaille à Montréal. Ses œuvres photo, film et vidéo offrent des méditations poétiques sur des sujets allant de la tradition du portrait à l’architecture moderniste, tout en démontrant une conscience critique de la nature médiatisée de la représentation. Usant d’une perspective analytique et d’une esthétique minimale, Grandmaison a réalisé des œuvres à toutes échelles. Depuis son premier survol majeur présenté au Musée d’art contemporain de Montréal (2006); et repris au Musée des Beaux-arts du Canada, Ottawa (2007), le travail de Grandmaison a été exposé nationalement et internationalement, entre autres, au Casino du Luxembourg – Forum d’art contemporain (2011) ; à la Galerie d’Art d’Hamilton (2008–2009) ; et au Centre culturel canadien, Paris (2012–2013). Ses vidéos ont été présentées à la Haus der Kulturen des Welt, Berlin (2012) et au Festival des Arts d’Édimbourg, R.-U. (2014). Grandmaison, diplômé de l’UQAM, a été finaliste en 2013 pour le prix Sobey.

Événements

VISITES-RENCONTRES ET DISCUSSIONS

Visite jeudi le 7 septembre 2017 à 18h00 avec Pascal Grandmaison et Marie-Claire Blais au Musée d’art contemporain de Montréal